nous contacter
journal
nos delegations
nos videos

institu cancer

assistance public


SIRIC

 anocef
american tumeur

ibta

 pola

loc


Ablation. Acte chirurgical qui consiste à enlever une partie d’un organe ou un organe entier.
 
Adjuvant. Se dit d'un traitement qui complète un traitement principal. Par exemple une chimiothérapie qui suit une opération chirurgicale d'un sein.

ADN (acide désoxyribonucléique). Longue double chaîne de molécules en spirale qui compose les chromosomes. Les différents segments d’ADN forment les gènes, supports des caractères héréditaires. L’ADN se trouve dans le noyau de chaque cellule du corps.
 
Ambulatoire. Mode d'hospitalisation qui permet au patient de sortir de l’établissement de santé quelques heures après une intervention ou un soin.
 
Anatomocythopatologie ou examen anatomocytopathologique. Examens au microscope des cellules et des tissus prélevés sur le patient. Son résultat est déterminant dans le diagnostic et l’orientation du choix des traitements lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire. Le professionnel qui le pratique est nommé anatomocytopathologiste.

Angiogenèse. Mécanisme qui désigne le développement de nouveaux vaisseaux sanguins à partir de vaisseaux déjà existants. Ces vaisseaux sanguins alimentent les tumeurs en oxygène et en énergie pour leur permettre de se développer.

Antalgique. Médicament le plus utilisé pour lutter contre la douleur. Il existe 3 paliers permettant de classer les antalgiques, des moins puissants aux plus puissants. Le choix du médicament dépend donc en partie de l’intensité de la douleur.
 
Anti-angiogénique. Médicament qui bloque le mécanisme permettant à la tumeur de développer des vaisseaux sanguins, l’empêchant ainsi de se nourrir et donc de se développer.
 
Apoptose. Appelée aussi « mort cellulaire programmée », l’apoptose correspond aux phénomènes qui conduisent normalement à la mort « en douceur » des cellules, indispensable à l’équilibre du corps pour tenir compte du renouvellement des tissus. Dans certains cancers, l’accumulation des cellules à l’origine de la tumeur serait due en partie à une apoptose insuffisante et pas seulement à une production accrue.
 

Biopsie
. Prélèvement qui consiste à enlever un petit morceau de tissu afin de l’examiner au microscope pour établir le diagnostic avec certitude. Le médecin peut réaliser une biopsie avec ou sans anesthésie (locale ou générale). Les techniques utilisées pour le prélèvement (chirurgie, ponction…) dépendent de l’endroit où est placée la tumeur et du type de tissu à analyser.
 

Cancer. Cellules anormales qui se multiplient de façon incontrôlée. Elles finissent par former une masse qu'on appelle tumeur maligne.
 
Cancer in situ. On utilise le latin in situ (« resté en place ») pour parler d’un cancer dont les cellules demeurent dans le tissu dans lequel elles se sont développées.
 
Cancérogénèse. Etapes de la transformation d’une cellule normale en une cellule cancéreuse.
 
Cancer radio-induit. Les cancers radio-induits sont causés par l'exposition à des rayonnements ionisants, mais ne s'expliquent pas toujours par un dépassement des doses limites recevables. Ces cancers font partie des effets aléatoires liés à la radiothérapie et sont actuellement l'objet de recherches.

Carcinome. Terme désignant une tumeur développée à partir des cellules d'un épithélium, c'est-à-dire le tissu recouvrant les cavités internes (muqueuses) ou les surfaces externes (épiderme) ou qui constitue une glande. Les carcinomes représentent environ 85% des tumeurs, par différence avec les sarcomes (10%).

Cathéter. Tuyau souple et fin introduit temporairement dans une veine afin d’y injecter un produit ou des médicaments, ou pour faire une prise de sang. Un cathéter améliore le confort du patient qui n'a pas besoin de subir une piqûre dans le bras à chaque injection, diminue le risque d’abîmer les veines et facilite les perfusions de chimiothérapie.
 
Cellule. Elément visible au microscope dont est constitué tout organisme vivant. Plantes et animaux sont composés de cellules très différentes qui se multiplient, meurent et se renouvellent. Des cellules identiques assemblées entre elles forment un tissu. Des cellules cancéreuses sont des cellules qui se sont modifiées et se multiplient de façon anormale.
 
Cellule tueuse. Ce sont des cellules produites par le système immunitaire (responsable de la protection des individus) qui ont en commun la faculté de détruire des cellules indésirables (microbes ou micro-organismes, cellules cancéreuses).

Chambre implantable. Type de cathéter qui possède à son extrémité un boîtier posé sous la peau, au niveau de la poitrine.
 
Chimiothérapie. Traitement qui agit sur l’ensemble du corps (traitement général) à l’aide de médicaments toxiques pour les cellules cancéreuses. Ces médicaments visent à les détruire ou à les empêcher de se multiplier. Les médicaments de chimiothérapie peuvent être administrés par piqûres, perfusions ou parfois, sous forme de comprimés.
 
Chirurgie. Acte qui consiste à opérer un patient. Cette opération peut avoir pour but soit de prélever quelques cellules d’une anomalie afin de les analyser (biopsie), soit d’enlever la tumeur (traitement).
 
Chirurgie conservatrice. Opération qui ne retire que la tumeur en conservant l’organe sur lequel le cancer s’est développé. Par exemple, dans le cas d'un cancer du sein, on réalise aussi souvent que possible ce type de chirurgie qui évite de mutiler la patiente.

Chirurgie prophylactique. Opération qui consiste à enlever un organe potentiellement cancéreux ou qui risquerait à plus ou moins long terme de le devenir. Par exemple, la thyroïde ou le sein dans le cas de certains cancers dus à des prédispositions génétiques qu'on identifie aujourd'hui par des tests.

Clone. Lignée cellulaire descendant d'une cellule unique.

Consortium. Regroupement d'organismes de recherche et d'institutions participant à la recherche dans le but de coordonner, d'animer et de réaliser un projet de recherche commun.

Consultation oncogénétique. Consultation au cours de laquelle on cherche à déterminer s'il existe une probabilité qu'un patient présente des gènes responsables d'un cancer. Si c'est le cas, on propose un test génétique.
 
Curiethérapie. Traitement très localisé qui a pour but de détruire les cellules cancéreuses au moyen de rayons produits par une substance radioactive introduite à l’intérieur de l’organe à traiter (prostate, utérus,…).

 
Dépistage. Recherche systématique chez une personne en bonne santé apparente, de signes qui peuvent faire penser à un cancer. Dans l'affirmative, des examens complémentaires sont alors nécessaires pour confirmer ou infirmer la présence de la maladie.

Dépistage organisé. Dispositif de dépistage conçu par les autorités de santé sur la base d'études scientifiques en vue de réaliser un objectif de santé publique. Il est proposé systématiquement à tous les individus d'une population cible. Il est mis en œuvre selon des modalités précisément définies. Les résultats sont évalués.

Diagnostic. Démarche qui identifie la maladie à l’origine des signes ou des symptômes ressentis ou observés par le patient. Le diagnostic permet de reconnaître la maladie dont souffre le patient.
 
Diagnostic précoce. Diagnostic d'une maladie au début de son développement.


Echographie. Technique d’examen qui montre des images d’une partie du corps ou de certains organes à l’aide d’ultrasons (vibration non audible par l’oreille humaine) via une sonde reliée à un écran de télévision ou à un ordinateur. La sonde envoie des ultrasons qui permettent de regarder à l’intérieur du corps à travers la peau. Quand ils rencontrent un changement de tissu, les ultrasons rebondissent, ce qui permet à l’ordinateur de construire des images à l’intérieur du corps. Cet examen est indolore.
 
Effet secondaire. Les traitements ont pour but de soigner le cancer. Parfois, ils entraînent des conséquences désagréables pour le patient qu’on appelle effets secondaires. Si les effets secondaires sont fréquents, ils n’apparaissent pas de façon obligatoire ni systématique. Ils dépendent des traitements reçus, des doses administrées, du type de cancer et de la façon dont chacun réagit aux traitements. Il existe deux types d’effets secondaires : les effets secondaires immédiats et les effets secondaires tardifs. Il est important d'en parler avec l'équipe médicale car il y a des moyens de les prévenir et/ou de les soulager.

Epidémiologie ou études/recherches épidémiologiques. Etude scientifique des épidémies, infectieuses ou non - comme les cancers - à travers leur nature, leurs causes, la façon dont elles se propagent pour déterminer les moyens les plus efficaces de les combattre.

Essai clinique ou étude clinique. Etude de l'efficacité et de la tolérance de nouveaux traitements, faisant appel à la collaboration de patients après la phase de recherche préclinique (en éprouvettes et sur des animaux). Les essais cliniques sont soumis à une réglementation stricte. Le consentement des patients qui y participent est obligatoire.

Exérèse. Acte chirurgical qui consiste à enlever une partie d’un organe ou un organe entier.
 

Facteur de croissance. Substance produite par le corps qui sert à réguler la croissance des cellules. Certains facteurs de croissance sont aussi fabriqués en laboratoire et utilisés en thérapie biologique pour pallier les effets secondaires de traitements.

Facteur de risque. Elément qui peut favoriser le développement d'un cancer ou une récidive.
 

Ganglion lymphatique. Renflement réparti le long des vaisseaux lymphatiques, par lesquels circule la lymphe, liquide dans lequel baignent les cellules. Disposés dans certaines parties du corps, les ganglions sont soit superficiels (dans le cou, l’aisselle, l’aine), soit profonds (dans l’abdomen, le thorax). Les ganglions jouent un rôle essentiel dans la protection du corps contre les infections ou les cellules cancéreuses.
 
Gène. Elément d’un chromosome qui transmet une particularité héréditaire et qui régule la plupart des activités cellulaires pendant toute la vie.
 
Gène de prédisposition ou gène de susceptibilité. Gène anormal existant chez un individu augmentant le risque de développer un cancer.
 
Génome. Ensemble de l'information génétique d'un organisme. Une copie du génome est présente dans chacune de ses cellules. Le génome est transmis de génération en génération. Par extension, le génome désigne aussi le support physique de cette information génétique, c'est à dire la molécule d'ADN.

Génomique. Science étudiant le génome, c'est-à-dire la molécule d’ADN située dans les cellules d'un être vivant et qui contient l'information génétique d'un organisme, transmise de générations en générations.


Hématopoïétique. Ensemble des phénomènes qui concourent à la fabrication et au remplacement continu et régulé des cellules sanguines (globules rouges, globules blancs, plaquettes). Les cellules hématopoïétiques sont produites par la moelle osseuse.

Histoire naturelle de la maladie. Evolution spontanée d'une maladie en l'absence de toute intervention.


Imagerie. Examen qui permet d'obtenir des images d'une partie du corps ou d'un organe. Il existe 2 types d'examens d'imagerie : les examens radiologiques (radiographie, échographie, scanner, IRM) et les examens de médecine nucléaire (scintigraphie, TEP).
 
Immunothérapie. Traitement qui vise à stimuler les défenses immunitaires de l’organisme contre les cellules cancéreuses.
 
Imagerie par Résonance Magnétique (IRM). Technique d’examen qui permet de créer des images précises des organes ou d’une partie du corps en utilisant les propriétés de l’hydrogène présent dans les molécules d’eau de notre corps. L’appareil contient un aimant très puissant (d’où le terme de magnétique) qui fait réagir les molécules d’hydrogène et permet de les visualiser.
 

Lésion. Altération d’une cellule, d’un tissu ou d’un organe, due à un traumatisme ou à une maladie. Une lésion modifie l’apparence ou le fonctionnement normal de la cellule, du tissu ou de l’organe touché.
 
Lésion précancéreuse. Altération d’un tissu ou d’un organe, due à un traumatisme ou à une maladie, qui contient des cellules anormales pouvant un jour donner naissance à une cellule cancéreuse.

Leucémie. Cancer des cellules du sang ou de la lymphe (liquide produit par le corps dans lequel baignent les cellules).
 
Lymphe. Liquide légèrement coloré produit par le corps dans lequel baignent les cellules de notre organisme. La lymphe transporte et évacue les déchets des cellules. Comme le sang, la lymphe circule dans des vaisseaux appelés vaisseaux lymphatiques.
 
Lymphome. Terme désignant différentes formes de maladies cancéreuses des lymphocytes. Contrairement aux leucémies, les cellules cancéreuses n'envahissent pas la circulation sanguine mais touchent en particulier les ganglions lymphatiques. On distingue la maladie de Hodgkin et quelque vingt formes de lymphomes non hodgkiniens.


Maladie chronique. Maladie qui évolue à long terme, souvent associée à une invalidité ou à la menace de complications sérieuses, et susceptible de réduire la qualité de vie du patient.

Marqueur tumoral ou marqueur biologique ou biomarqueurs. En cancérologie, c'est une substance qui est associée au développement d'un cancer donné et que l'on peut mesurer lors d’une analyse de sang ou d'urine par exemple.

Métastase. Tumeur formée par des cellules cancéreuses provenant d’une première tumeur. Ces cellules migrent dans d’autres parties du corps par l’intermédiaire des vaisseaux lymphatiques ou des vaisseaux sanguins. On parle également de maladie métastatique, ou de localisation/cancer secondaire.
 
Moelle osseuse. Substance qui se trouve à l’intérieur des os et qui produit les différentes cellules du sang (globules rouges qui transportent l’oxygène, globules blancs qui défendent l’organisme contre les infections et plaquettes qui arrêtent les saignements et permettent la cicatrisation).
 
Mutation. Modification d'une séquence d'ADN, qui va de la modification ponctuelle d'une base jusqu’à l’addition ou l’élimination d’un fragment d’ADN.


Néo-adjuvant. Se dit d'un traitement qui anticipe un traitement principal. Par exemple une radiothérapie qui fait diminuer la taille d'une tumeur avant l'opération chirurgicale.


Oncogène. Gène dont la présence et le fonctionnement dans une cellule contribue à sa transformation maligne.

Oncologue. Cancérologue plus particulièrement spécialisé dans les traitements du cancer par chimiothérapie ou radiothérapie.
 
Organe. Partie du corps qui remplit une fonction particulière (foie, poumon, etc.).
 

Pharmacovigilance. Surveillance des incidents et accidents pouvant être entraînés par les médicaments.

Prédisposition héréditaire, prédisposition familiale, ou prédisposition génétique. Quand il y a récurrence d'un cancer rare au sein d'une même famille ou que des cancers plus courants (sein, colorectal, etc.), apparaissent chez plusieurs personnes sur plusieurs générations, on parle de prédisposition héréditaire. Parfois, cela s'explique par la présence d'un gène défectueux ou mutant dans le patrimoine génétique familial, qui entraîne dans de nombreux cas un cancer, parfois cela provoque des maladies différentes de l'apparition d'un cancer mais qui peuvent se compliquer très souvent avec sa survenue.

Prévention. Ensemble d'actions servant à réduire ou supprimer l'impact des déterminants des maladies ou des problèmes de santé, à éviter leur survenue, à arrêter leur progression ou à limiter leurs conséquences.

Programme personnalisé de soins (PPS). En cancérologie, description de la stratégie thérapeutique proposée à un patient et soumise à son approbation, après le diagnostic et la concertation d'un ensemble de professionnels de santé. Elle indique le ou les traitements à réaliser, leur durée, le lieu et les dates prévisibles auxquelles ils doivent se dérouler. Cette proposition est remise au patient lors d’une consultation spécifique prévue dans le cadre du dispositif d’annonce. Elle peut être adaptée ou interrompue en fonction de la tolérance du patient aux traitements ou de leur efficacité, et de l’évolution de la maladie.

Pronostic. Prévision concernant l'évolution d'une maladie et son issue. Le pronostic se réfère à l'évolution habituellement observée chez de nombreuses autres personnes présentant une maladie identique.
 
Protéine. Les protéines sont des molécules présentes chez tous les êtres vivants, indispensables au bon fonctionnement des cellules de l'organisme. Elles résultent des codes génétiques contenus dans les gènes.

Protéomique. Etude du protéome, dans le but de déterminer l'activité, la fonction et les interactions des protéines dans diverses conditions.

Protocole. Description précise des conditions et du déroulement d'une étude clinique ou d'un traitement.
 
Protonthérapie. Traitement utilisant des protons pour irradier des tumeurs de faible volume, bien limitées, et entourées de structures sensibles aux radiations. Les principales indications sont les petites tumeurs de l’œil, celles de l’hypophyse et de la base du crâne, situées près de tissus cérébraux ou de la moelle épinière. Ce traitement a des indications réduites et reste très spécialisé.


Radiothérapie.
Traitement local du cancer à l’aide d’un appareil qui émet des rayons. Ces rayons, dirigés vers la tumeur, la détruisent. Ils peuvent être émis par une source interne ou externe. Ce traitement se fait dans un service spécialisé de radiothérapie. On parle aussi de rayons ou de séances de rayons.
 
Radiothérapie conformationnelle ou radiothérapie de conformation. Technique de radiothérapie qui a représenté un grand progrès au début des années 90. Grâce à l’imagerie en coupes réalisée au scanner et en tenant compte d'une marge de sécurité, le radiothérapeute obtient la modélisation en 3D du volume à irradier. Ces données permettent d’établir la forme que prendront les faisceaux d'irradiation et d'être plus précis dans les tissus ciblés. Cette technique actuellement utilisée essentiellement pour traiter certaines tumeurs cérébrales, de la prostate et des voies aérodigestives supérieures, tend à se généraliser.

Radiothérapie stéréotaxique. Technique de très haute précision utilisée en France depuis la fin des années 80 pour traiter des lésions intra crâniennes et actuellement appliquée également aux localisations extra crâniennes. Elle consiste à délivrer une dose élevée de rayons dans un petit volume, soit avec des accélérateurs de radiothérapie de type classique, soit avec des machines dédiées robotisées : la GammaKnife ou CyberKnife.
Rayonnement ionisant. Les rayonnements ionisants sont des rayonnements qui ont une énergie suffisamment élevée pour arracher des électrons aux atomes de la matière. On dit qu’ils ionisent ces atomes. Leur origine est naturelle (radon domestique par exemple) ou issue de l'activité humaine (nucléaire ou rayons X par exemple). Ces rayonnements, ondes ou particules, sont notamment émis lors de la transformation des noyaux atomiques (radioactivité). Généralement dangereux, ils ont aussi des usages bénéfiques.

Rayons ultraviolets (UV). Les rayonnements ultraviolets (UV) sont émis par le soleil. Il en existe trois sortes qui se distinguent par leur intensité, leur longueur d'onde et leur capacité à pénétrer la peau plus ou moins profondément : les UVA (95% des UV arrivant à la surface de la Terre), les UVB (5%) et les UVC qui sont, quant à eux, filtrés par la couche d'ozone. Toutes les études scientifiques montrent que l'exposition aux UV est un facteur majeur dans le développement des cancers de la peau.

Rayons X. Rayons invisibles plus ou moins arrêtés selon les différents composants du corps qu’ils traversent. Les rayons qui peuvent traverser sont détectés et dessinent des images de l’intérieur du corps. Les rayons X sont également appelés photons X.
 
Recherche préclinique. Recherche ou étude scientifiques menées en éprouvettes et sur des animaux, avant d'être éventuellement appliquées à des humains.

Récidive ou rechute. Réapparition de cellules cancéreuses, au même endroit ou dans une autre région du corps. Une récidive peut survenir très tôt après la fin des traitements, mais aussi après une longue période de rémission.
 
Recommandation. Examen ou traitement préconisé dans une situation donnée, selon les résultats des recherches scientifiques. On en distingue deux types : les Standards lorsqu'il existe une seule recommandation et les Options lorsqu'il en existe plusieurs.

Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP). Réunion entre professionnels de santé où se discutent les traitements proposés à un patient, l’évaluation de la qualité de vie qui va en résulter pour le patient et l’analyse des bénéfices et risques qu’il encourt. Ces réunions comprennent en général un chirurgien, un oncologue, un hématologue, un pathologiste et un radiothérapeute. Lors de ces réunions, une proposition de traitement est élaborée et sera expliquée au patient.
 

Scanner. Examen qui permet d’obtenir des images du corps à l’aide de rayons X. C’est un type de radiographie dont les images sont reconstituées par ordinateur et grâce auxquelles on peut faire une analyse précise de différentes régions du corps. Les radiologues parlent aussi de tomodensitomètre, abrégé en TDM.
 
Scintigraphie. Technique d’examen qui permet d’obtenir des images du fonctionnement de différents organes. Cette technique d’imagerie utilise des produits faiblement radioactifs qui, une fois injectés, se fixent sur l'organe concerné et sont repérés par une caméra spéciale : une gamma-caméra.
 
Signe d'alerte. Symptôme ressenti par l'individu ou signe clinique observable par le médecin, qui peut évoquer une maladie.

Soins de support. Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades, parallèlement aux traitements spécifiques contre la maladie. Ils n'ont pas pour objectif de guérir, mais de soigner les symptômes, de soulager les conséquences psychiques et/ou psychologiques de la maladie et des traitements : douleur, dénutrition, souffrance morale notamment. Ces soins font intervenir différents professionnels de santé spécialisés : spécialiste de la douleur, psychologue, diététicienne, assistante sociale, etc.
 
Soins palliatifs. Palliatif se distingue de curatif (guérir). Ensemble des soins et des soutiens destinés à accompagner une personne malade en préservant au mieux sa qualité de vie. Il existe en France des unités de soins palliatifs (USP), lieux où tous les traitements nécessaires sont poursuivis en privilégiant le confort et la prise en charge globale du patient.
 
Stade. Ensemble des informations sur la taille de la tumeur, l’envahissement des ganglions et la présence éventuelle de métastases.
 
Système immunitaire. Le système immunitaire a pour rôle de défendre l'organisme contre les infections. Lorsqu'il est envahi par un organisme étranger (virus , bactérie) ou par des molécules étrangères (celles du pollen, par ex.), le système immunitaire réagit très vite pour s’en débarrasser. A la différence d'autres systèmes, le système immunitaire est constitué de cellules isolées qui ne constituent pas des tissus. Les cellules de l'immunité sont les globules blancs, qui se forment dans la moelle osseuse. Il en existe plusieurs catégories : les polynucléaires, les macrophages, les lymphocytes T et B et les cellules NK.

Système lymphatique. Le système lymphatique est un système circulatoire qui se trouve dans tout le corps parallèlement à la circulation sanguine. Il relie tous les ganglions et les structures lymphoïdes entre eux. Le système lymphatique comporte trois éléments : la lymphe qui est un liquide, les vaisseaux lymphatiques qui transportent la lymphe et les lymphocytes, le tissu lymphoide, c'est à dire les lymphocytes stockés (les ganglions lymphatiques, la rate, les amygdales, le thymus).


Taux de survie. Le taux de survie exprime la proportion de patients ayant survécu 1, 2, 5 ou 10 ans après le diagnostic de leur maladie. Son amélioration rend compte des progrès qui ont eu lieu dans les traitements et/ou le dépistage.

Thérapie ciblée. Approche thérapeutique qui consiste à cibler par le moyen de nouveaux médicaments les récepteurs ou signaux cellulaires altérés afin de bloquer leur action. Ces thérapies ont l’avantage de ne s’attaquer qu’aux cellules tumorales porteuses de l’anomalie et d’épargner les cellules normales, elles présentent donc moins d’effets secondaires tout en possédant une importante efficacité.

Tissu. Ensemble de cellules de structure semblable, qui ont une même fonction dans l'organisme (le tissu cutané par exemple).
 
Tomographie par émission de positons. Examen qui permet d’obtenir des images précises du corps en coupe fine grâce à un traceur faiblement radioactif. Un traceur est un produit radioactif qui, une fois injecté dans le sang, peut être visualisé dans l’organisme du patient. Ces images sont reconstituées en trois dimensions sur un écran d’ordinateur.
 
Traitement prophylactique. Traitement préventif d'une maladie donnée. Par exemple certaines formes de cancers du sein ayant pour origine des mutations génétiques : l'ablation préventive d'un ou des deux seins peut être proposée, dans certaines circonstances, aux femmes concernées.

Tumeur. Masse ou grosseur liée à une multiplication anormale de cellules. Il existe des tumeurs bénignes et des tumeurs malignes.
 
Tumeur bénigne. C’est une tumeur dont l'évolution spontanée, strictement locale, n'aboutit pas à la mort du sujet qui en est porteur hormis le cas de complications mécaniques, comme pour les tumeurs du cerveau ou métaboliques, comme pour les tumeurs endocriniennes. Une tumeur bénigne ne donne jamais de métastase.

Tumeur maligne.Tumeur constituée de cellules cancéreuses.
 
Tumorothèque. Banque d'échantillons biologiques (sang et tissus humains) obtenus à partir de prélèvement sur des tumeurs. Ces fragments de tumeurs et de tissus sains doivent être conservés pour répondre aux besoins d'analyse de biologie moléculaire : ils servent à mieux connaître le diagnostic/pronostic des tumeurs et à alimenter la recherche.


Vaccin thérapeutique.
Classiquement, les vaccins correspondent à une vaccination préventive (prophylactique). Récemment, de nouveaux vaccins, thérapeutiques, ont été mis à l'étude, pour tenter de soigner un individu déjà malade. Le but recherché est de stimuler le système immunitaire pour permettre une meilleure lutte contre les cellules cancéreuses.

Vaisseau lymphatique. Canal par lequel circule la lymphe et qui relie les ganglions entre eux pour former le système lymphatique.
 
Vaisseau sanguin. Canal par lequel circule le sang (artère, veine ou petit vaisseau très fin).
 
SOURCE : http://www.e-cancer.fr/moyenspouragir/html/page/glossaire.html